Immigration: projet de loi adopté

Après plusieurs heures de débat la nouvelle loi adoptée

Après plusieurs heures de débat, le projet de loi sur l'immigration a été adopté à l'Assemblée nationale à 4h07 ce matin, sous le baillon.

Le projet de loi vise notamment à réduire le nombre d'immigrants qui arrivent au Québec, à mieux les sélectionner et à diminuer le temps de traitement des dossiers. Du même coup les 18,000 demandes d'immigrants qui étaient déjà dans le système et en attente de traitement seront éliminées. Les personnes qui voudront vivre au Québec devront recommencer le processus à zéro.  Une nouvelle demande devra être présentée en vertu du nouveau programme Arrima. Le Premier ministre du Québec François Legault est demeuré sur sa position malgré les supplications de dernières minutes des partis de l'opposition.

«Les anciens critères ne répondent pas aux besoins du marché du travail. Tout ce qui avait à être dit a été dit »  François Legault, Premier ministre du Québec

Le projet de loi prévoit une réforme en profondeur du processus de sélection des candidats qui sera désormais axé sur les compétences professionnelles pour mieux répondre aux besoins de la main d'oeuvre du Québec.

Et pendant que les députés siègeaient sous le baillon hier, le ministre Simon Jolin Barrette est allé faire son jogging sur les Plaines d'Abraham. Au cours de l’après-midi une photo du ministre en vêtements de sport a été publiée sur Twitter. Cette photo a suffit pour mettre le feu au poudre en chambre. Les esprits se sont échauffés et les critiques ont afflués des partis de l'opposition qui ont dénonçé l'absence du ministre responsable de l'immigration pendant les débats sur son projet de loi. 

«Où est le ministre? Il est en train de faire du jogging sur les Plaines d'Abraham, monsieur le Président, c'est scandaleux, c'est arrogant on doit le dénonçer!»     Marc Tanguay, député libéral

Les débats se poursuivent dimanche avec l'adoption d'un deuxième projet de loi controversé, celui sur la laîcité. Le baillon, une procédure d'exception, y sera également imposé parce que le gouvernement souhaite que l'adoption se fasse rapidement.