Juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré

Chaleur ISTOCK yokeetod

Si vous avez eu chaud dans les dernières semaines, c'est tout à fait normal alors que juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré dans le monde!

 

Le mercure n'a toutefois monté que 0,04 degré au-dessus du précédent record, qui datait de juillet 2016. C'est ce que nous révèlent les données publiées aujourd'hui par le service européen Copernicus sur le changement climatique. Juillet 2019 a aussi été 1,2 degré plus chaud que le niveau préindustriel.

Le Québec a aussi enregistré des records, avec un maximum de 34,5 degrés à Gatineau et de 46 degrés avec humidex à Bagotville.

« Pour tout le sud de la province, l'extrême sud et le Centre-du-Québec, en général, c'est de 1 à 2 degrés plus chaud que la normale. En Abitibi-Témiscamingue, c'est là où ç'a été le plus chaud par rapport à la normale, on a eu 3 degrés plus haut. »

- Dominic Martel, météorologue à Environnement Canada

Il a fait 2 degrés plus chaud qu'à l'habitude en juillet à Montréal, ce qui en fait le 4e mois de juillet le plus chaud jamais enregistré en 148 ans de données.

Plusieurs raisons expliquent ces températures plus élevées en juillet, notamment le fait que la province a reçu peu de précipitations au courant du mois.

« On a enregistré un déficit de précipitations de 40 à 60 % en général pour toutes les régions. On a eu beaucoup d'ensoleillement et en plus, on avait cet influx du sud qui provenait des États-Unis. »

- Dominic Martel, météorologue

Le Québec a aussi enregistré plusieurs journées dans le mois où il a fait plus de 30 degrés. Les données sont impressionnantes, selon le météorologue d'Environnement Canada, Dominic Martel.

Pour l'extrême sud du Québec, on parle de plus d'une journée sur trois qui était au-dessus de 30 degrés. Pour Montréal, la moyenne de journées au-dessus de 30 est de quatre, et on en a compté 12 cette année. Du côté de Gatineau-Ottawa, la moyenne est de cinq et on en a eu 10 cette année.

Canicules en Europe et fonte des glaces

Les quelques premiers jours du mois d'août sont aussi un peu plus chauds que d'habitude, mais on devrait retourner aux normales de saison en fin de semaine.

Signe que le changement climatique est bien réel, juillet 2019 a notamment été marqué par deux canicules sans précédent en Europe, avec un record absolu de 46 degrés en France, notamment.

L'Alaska, le Groenland et la Sibérie ont aussi atteint des températures au-dessus de la normale, accompagnées de spectaculaires fontes des glaces.

L'Organisation météorologique mondiale estime que 2019 devrait être dans le top 5 des années les plus chaudes, et ça n'ira pas en s'améliorant, vu la poursuite des émissions de gaz à effet de serre.

L'Agence atmosphérique américaine NOAA n'a pas encore publié ses conclusions pour le mois de juillet, et celles-ci pourraient différer de celles de Copernicus vu le faible écart de 0,04 degré entre juillet 2016 et juillet 2019.