Kevin O'Leary abandonne la course à la direction du Parti conservateur

Gros rebondissement dans la course à la direction des conservateurs. L'un des favoris, l'homme d'affaires montréalais Kevin O'Leary, cède sa place.

Il offre son appui au député de la Beauce, Maxime Bernier.

Par communiqué, O'Leary constate qu'il n'a pas suffisamment d'appuis au Québec pour remporter la course face à son adversaire, mais surtout, pour vaincre Justin Trudeau aux prochaines élections générales.

Les données du Québec sont un autre type d’enjeu et un gros problème pour moi.  Il y a 78 sièges au Québec, et le Parti conservateur n’en détient actuellement que 12.  En d’autres termes, les libéraux détiennent le Québec politiquement.  Si nous n’agrandissons pas la base conservatrice au Québec, il sera extrêmement difficile de battre Trudeau en 2019.  -Extrait du communiqué

M. O'Leary se défend d'avoir abandonné en raison de sa faible maîtrise de la langue française. De son côté, Maxime Bernier salue cet appui, qui lui donnera un important avantage.

Le dernier débat des candidats à lieu ce soir.

Le député conservateur, Steven Blaney, dénonce l'abandon de Kevin O'Leary, affirmant que son bref passage dans la course ne fera qu'alimenter le cynisme des électeurs quand à l'engagement des politiciens.