La famille de Jonathan Bettez poursuit la SQ pour 10 M$

Jonathan Bettez

La famille de Jonathan Bettez poursuit la Procureure générale du Québec et la Sûreté du Québec pour 10 millions de dollars. Elle l'accuse d'avoir sali son nom et sa réputation en menant une enquête bâclée sur l'affaire Cédrika Provancher.

Jonathan Bettez a longtemps été considéré comme le suspect numéro un dans la disparition et le meurtre de la fillette. Sa vie a basculé en août 2016 alors qu'il est arrêté par la Sûreté du Québec pour possession de pornographie juvénile. Le juge l'a finalement blanchi de cette accusation l'automne dernier. Il avait qualifié l'affaire d'une « véritable partie de pêche » de la police pour trouver des preuves dans l'affaire Cédrika Provencher.

La famille Bettez affirme que son nom a été bafoué à tout jamais par l'histoire. La poursuite allègue qu'Emballages Bettez inc., André Bettez, Hugette Drouin et Jonathan Bettez ont vécu un véritable enfer à la suite des procédures judiciaires. Jonathan Bettez serait contraint de vivre de l'aide sociale et il aurait reçu des menaces de mort. Il lui sera impossible de retrouver une vie normale au Québec depuis son arrestation en 2016.

« Le seul mot qui me vient en tête c'est un calvaire. Ils ont été pourchassés par les médias. Ils ont fait l'objet de menaces. Je pense qu'il y a peu de mots pour décrire ce qui est devenu leur quotidien après l'opération policière du 16 août 2016. » - Me Jessy Héroux, avocat de la famille Bettez

La famille Bettez a également été forcée de vendre son entreprise de Trois-Rivières tellement l'affaire a été médiatisée.


LA SQ DOIT RENDRE DES COMPTES

Dans un communiqué publié ce matin, la famille Bettez stipule que la Sûreté du Québec doit rendre des comptes sur ses méthodes de travail. Elle l'accuse d'avoir ouvert une enquête de pornographie juvénile sans preuve pour alimenter le dossier de Cédrika Provencher.

Elle reproche également l'arrestation de Jonathan Bettez, en plein jour, devant les locaux des entreprises familiales sans mandat. Selon elle, la Sûreté du Québec aurait coulé de l'information pour associer le nom de Jonathan Bettez au meurtre de Cédrika Provencher.

L'homme de 39 ans n'a jamais été accusé en lien avec le meurtre de la fillette.