La voiture du président de la Grande Mosquée de Québec incendiée

À Québec, la voiture du président de la Grande mosquée de Québec, Mohamed Labidi, a été incendiée.

Le crime a eu lieu dans la nuit du 6 au 7 août, soit moins de deux jours après que Québec ait annoncé la vente d'un terrain pour la création d'un cimetière musulman.

L'incident n'a pas fait de blessé, grâce à l'intervention rapide des pompiers. Le véhicule est une perte totale.

Une enquête criminelle a été ouverte. La police de Québec affirme que toutes les hypothèses sont envisagées, dont un possible crime haineux.

Pourquoi avoir attendu trois semaines avant d'en parler publiquement? Le porte-parole des policiers de Québec, Jean-François Vézina, affirme qu'il s'agissait d'une stratégie d'enquête, mais qu'il souhaitait aussi protéger les victimes.

Aucun suspect n'a été interpelé. De plus, à la suite de cet incident, des excréments auraient été lancés à l'entrée de la mosquée.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est dit extrêmement préoccupé par cette nouvelle agression et la dénonce fermement. Il demande à la population de Québec de rester unie, et offre son soutien à la communauté musulmane.

Je veux leur dire qu'ils sont nos voisins, que nous les aimons, et que nous ferons tout ce qui est possible et utile pour qu'ils vivent en paix dans leur ville. - Régis Labeaume, maire de Québec

Le Centre culturel islamique de Québec a été ciblé plusieurs fois par des gestes haineux au cours des dernières années, en plus de l'attentat terroriste qui a fait six morts et cinq blessés le 29 janvier.

Via communiqué, il dénonce vivement ces nouvelles agressions, et demande le soutien de la population du Québec. Voici un extrait.

Il ne s'agit plus de simples manifestations d'extrémistes contre l'immigration. Les actes de ces extrémistes portent maintenant atteinte à nos vies, nous, citoyens québécois et canadiens musulmans, ainsi qu'à nos biens personnels et religieux, alors que nous n'aspirons qu'à vivre ensemble tranquilement dans cette belle ville de Québec.

Lors des incidents précédents, notamment lorsqu'une tête de porc avait été déposée à l'entrée du centre, plusieurs citoyens ont pris le temps d'aller déposer des fleurs au même endroit afin de manifester leur solidarité.