Le CAA-Québec dénonce les prix de l'essence depuis l'ouragan Harvey

Le CAA-Québec dénonce les prix de l'essence actuels, surtout dans les marchés de Montréal et de Québec.

L'organisme affirme que la marge prélevée par les détaillants est restée anormalement élevée depuis le passage de l'ouragan Harvey au Texas.

Le prix du litre d'ordinaire a monté à la fin août, en raison de l'approvisionnement incertain de l'essence raffinée au Texas vers les pétrolières de l'est du continent. Mais depuis que la situation s'est stabilisée, les marges seraient restées trop élevées selon le CAA.

"Le prix de l'essence pour les pétrolières a baissé graduellement depuis le 30 août, mais le prix à la pompe n'a pas suffisamment suivi. C'est une situation injuste pour les consommateurs qui ont besoin d'essence." - Annie Gauthier, CAA-Québec.

Le CAA-Québec remarque le phénomène surtout dans les grands marchés urbains du Québec.

"On est restés à une marge à entre 10 et 12 cents, alors qu'elle devrait normalement être autour de 9,5 cents, ce qui est déjà élevé." -Annie Gauthier, CAA-Québec.

Selon des récents calculs de la Régie de l'Énergie du Québec, la marge des détaillants est d'en moyenne 7% du prix de vente. Lorsque le litre se vend 1,24$, cette marge moyenne serait donc de 8,7 cents.

Le CAA-Québec dénonce l'opacité des compagnies pétrolières face aux préoccupations constantes des consommateurs.

La principale variable du prix de l'essence est le prix du baril de pétrole brut, qui représente près de 40% du prix payé à la pompe.