Le Collège des médecins accepte les diagnostics des super-infirmières

Le Collège des médecins modifie sa position concernant le rôle des supers-infirmières pour améliorer l'accès aux soins. Le conseil d'administration a adopté une résolution pour qu'elles puissent poser des diagnostics, tel que souhaité par le gouvernement.

Dans un communiqué envoyé samedi matin, le Collège précise que les infirmières praticiennes spécialisées pourront se prononcer sur des problèmes de santé courants et six maladies chroniques le diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie, l’asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique et l’hypothyroïdie.

« Notre objectif a toujours été de répondre le mieux possible aux besoins de la population (...) Je me réjouis de voir que les pratiques évoluent au profit de l’accessibilité, de la qualité et de la sécurité des soins. » - Dr Mauril Gaudreault, président du Collège des médecins. 

Un projet de règlement sera déposé prochainement.

Plus tôt cette semaine, la ministre de la Santé Danielle McCann affirmait son intention de confier plus de pouvoirs aux infirmières praticiennes pour désengorger le système de santé.