Le mot nounoune se retrouve dans le dictionnaire Larousse

150 nouveaux mots font leur entrée dans le prestigieux dictionnaire Larousse 2020. Parmi ceux-ci, on retrouve trois mots bien connus du vocabulaire québécois.

Le mot nounoune permettra ainsi de définir quelqu'un qui est « un peu niais, nunuche »

Le terme divulgâcher est officiellement reconnu comme le fait de « révéler prématurément un élément clef de l'intrigue d'une oeuvre de fiction ; spoiler. »

Finalement, l'emportiérage permettra de désigner, dans toute la francophonie, cette « action de percuter un cycliste en ouvrant sans précaution une portière automobile. »

La nouvelle édition du dictionnaire fait aussi de la place à des termes de plus en plus utilisés pour désigner des courants de société.

  • Adulescence:  Phénomène générationnel touchant certains jeunes gens qui, en dépit de leur entrée dans l'âge adulte, continuent d'avoir un comportement comparable à celui qu'ont généralement les adolescents.  
  • Cryptomonnaie: Moyen de paiement virtuel, utilisable essentiellement sur Internet, s'appuyant sur la cryptographie pour sécuriser les transactions et la création d'unités et échappant à tout contrôle des régulateurs et des banques centrales. 
  • Locavorisme: Mouvement prônant de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable. 
  • Survivalisme: Mode de vie d'une personne ou d'un groupe de personnes qui se préparent à la survenue, à plus ou moins longue échéance, d'une catastrophe (nucléaire, écologique, économique, etc.) à l'échelle locale ou mondiale.  
  • Ubériser: Rendre obsolète un modèle économique existant, via notamment l'utilisation de plateformes numériques. 

Les amateurs de gastronomie seront heureux d'y retrouver les mots kéfir ou képhir, udon et ramen.

Plusieurs personnalités sont aussi introduites dans l'ouvrage, dont l'acteur américain Tom Cruise et le couturier Giorgio Armani.

Le Larousse 2020, qui paraîtra ce mois-ci, compte maintenant 60 000 termes, soit près du double que dans sa première édition de 1871 qui en dénombrait environ 35 000.