Le PM Couillard s'excuse pour le cafouillage sur l'autoroute 13

Le premier ministre Philippe Couillard présente ses excuses aux Québécois pour le cafouillage majeur de l'autoroute 13, où 1000 automobilistes et passagers ont été coincés dans leurs voitures durant de nombreuses heures. 

Une enquête externe est commandée pour savoir ce qui s'est réellement passé, une action que réclamaient les partis d'opposition à Québec.

Cette enquête sera menée par Florent Gagné, l'ancien directeur de la Sûreté du Québec. 

Avant même que les conclusions soient connues, la sous-ministre responsable de la Sécurité civile au ministère des Transports, Anne-Marie Leclerc est relevée de ses fonctions. 

L'officier de la Sûreté du Québec en poste le soir de la tempête est pour sa part muté à d'autres tâches. 

On lui reproche d'avoir sous-évalué la menace. "Il aurait dû tenir compte de l'ensemble des facteurs" a expliqué le lieutenant Guy Lapointe. 

La Sûreté du Québec a reçu plus de 300 appels de détresse, sans que l'évacuation de l'autoroute soit commandée.  

La compagnie responsable du déneigement de l'autoroute 13, la firme Roxboro, sera l'objet d'une enquête administrative et son contrat avec le gouvernement du Québec pourrait être résilié pour manque d'effectifs lors de tempête.

DES CAMIONNEURS ACCUSÉS ? 

L'enquête de la SQ démontre jusqu'à maintenant que le bouchon de circulation a été initialement causé par des camions-remorques immobilisés en bordure de l'autoroute 13 Sud en raison des mauvaises conditions routières. 

Les chauffeurs auraient refusé d'être remorqués, comme le prévoit pourtant le règlement en zone exclusive. 

Selon la Sûreté du Québec, ces camionneurs pourraient maintenant faire l'objet d'accusations criminelles.