Le ton monte entre Transco et ses employés

La compagnie de transport Transco réplique à ses chauffeurs d'autobus en grève.

Elle croit qu'une grève prolongée pourrait avoir des impacts sur les services et ultimement nuire aux employés.

"Une grève peut mener à la perte de circuits et inévitablement la perte d'emploi pour les chauffeurs." - extrait du communiqué de Transco

Transco allègue que ses salaires sont parmi les plus compétitifs à Montréal.

Les 330 chauffeurs gagnent entre 20 000 $ et 22 000 $ annuellement.

Ils ont déclanché la grève notamment pour améliorer leur salaire.

Le conflit de travail touche 15 000 élèves de quatre commissions scolaires, dont Montréal et Marguerite-Bourgeoys.


De nouveaux casse-têtes pour les parents?

Les parents touchés par cette grève pourraient être forcés de trouver des alternatives à long terme pour conduire leurs enfants à l'école.

Les employés de Transco se prononceront aujourd'hui sur de nouveaux moyens de pression.

Tout est sur la table, y compris la grève générale illimitée.

Ils ont manifesté devant le bureau du ministère de l'Éducation, ce matin, sur la rue Fullum à Montréal.

Ils ont rejeté la dernière entente de principe du 31 janvier à 83%.