Les consommateurs réguliers de cocaïne autorisés à donner du sang

Les consommateurs de cocaïne par voie intranasale peuvent désormais donner du sang même s'ils ont consommé dans les jours précédents leur don. Nous avons appris que Santé Canada a revu ce critère en décembre dernier. Auparavant, les donneurs ne devaient pas en avoir consommé dans les 6 mois précédents leur don.

La porte-parole d'Héma-Québec, Vanessa Jourdain, explique que le donneur doit seulement être en état de donner son consentement à l'infirmière, au même titre que l'alcool et la marijuana.

«On préfère évidemment que les donneurs soient bien hydratés, mais il n'y a pas d'interdiction, il faut être en mesure de fournir un consentement éclairé».

Elle précise que la quantité de drogue contenue dans le sang est trop infime pour affecter sa qualité.

«La sécurité du receveur elle est prioritaire à Héma-Québec. La quantité qui pourrait se retrouver dans une poche de sang est infime et ne pourrait pas causer d'effets chez le receveur».

Notons que toute personne qui a consommé de la drogue par une injection intraveineuse ne peut donner du sang, même si cela s'est produit une seule fois.

Rapports homosexuels

Par ailleurs, Héma-Québec et la Société canadienne du sang ont déposé une demande en début d'année à Santé Canada concernant les hommes qui entretiennent des rapports homosexuels. Actuellement, ils ne peuvent donner si la dernière relation sexuelle a eu lieu il y a moins d'un an, mais Héma-Québec demande à ce que ce délai soit ramené à 3 mois.

Ce critère a déjà été revu en 2016, alors que le délai était de 5 ans. Aux États-Unis, en France et ailleurs au Canada, le délai est aussi de 12 mois. Il a toutefois été réduit à 3 mois dans certains pays dont l'Angleterre et l’Écosse.