Les leaders politiques condamnent tous ensemble l'attentat de Québec

Toute la classe politique, sans exception, condamne fermement l'attentat terroriste de Québec.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a pris la parole devant la Chambre des Communes cet après-midi.

Il a livré un message d'unité et a assuré que son gouvernement ira au fond des choses.

M. Trudeau affirme que les Canadiens ne se laisseront pas intimider.

Il a offert tout son soutien à la communauté musulmane de Québec, et de partout au pays.

 

Les Canadiens ne se laisseront pas abattre. Notre énergie et notre unité en ressortiront plus fortes – nous pleurerons et guérirons ensemble pic.twitter.com/gVmQt5HbTc

— Justin Trudeau (@JustinTrudeau) 30 janvier 2017

 

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a également tenu un point de presse sur la Colline Parlementaire, à Québec.

Il a affirmé que son gouvernement choisira la voie d'une société ouverte et confiante et que le Québec est et sera une terre d'accueil.

M. Couillard a emprunté les mots du poète et chanteur, Gilles Vigneault, affirmant : «Ma maison, c'est votre maison».

Il a insisté sur le choix des mots prononcés et écrits au tour de cette tragédie. Ils ne sont pas anodins selon lui et ils peuvent unir et guérir ou diviser et blesser.

Le gouvernement du Québec a par ailleurs publié un registre de condoléances pour permettre à la population de rendre hommage aux victimes de l'attentat survenu au Centre culturel islamique de Québec.

Tous les autres chefs de partis provinciaux s'unissent pour défendre leur droit de débattre pacifiquement, surtout sur des questions difficiles.

Par ailleurs, le président américain Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec le premier ministre Justin Trudeau pour offrir ses condoléances aux Canadiens à la suite de la tragédie. 

La Maison-Blanche évoque l'attentat de Québec pour justifier sa nouvelle directive contre l'immigration musulmane.