Martine Ouellet quitte le Bloc

Il aura fallu près de 30 minutes avant que Martine Ouellet annonce qu'elle quitte son poste de chef du Bloc Québécois.

Les membres du parti ne lui ont accordé que 32% d'appuis dans un vote référendaire.

Dans son discours, elle a réglé ses comptes, notamment avec le président du parti  Mario Beaulieu.

« Je pense que c'est le résultat de la campagne négative, agressive de dénigrement et d'intimidation de Mario Beaulieu qui a joué sur tous les tableaux. Mario qui a renié, trahi quatre fois sa parole et ses engagements.» 

Elle a aussi écorché Gilles Duceppe au passage:

«J'ai entendu, hier, un ancien chef qui continue de s'acharner pour renverser des décisions démocratiques des membres. (...) C'est moi qu'on traite d'intransigeante et de pas rassembleuse? Qui divise les membres du Bloc Québécois? Qui n'écoute pas les membres du Bloc Québécois? Qui s'acharne? Poser la question, c'est y répondre. »

Martine Ouellet estime aussi que les sept députés démissionnaires, appuyés par « la vieille garde du Bloc » n'ont pas respecté les décisions démocratiques des membres. Elle les accuse d'avoir été davantage motivés par leurs positions que par la cause indépendantiste.

« Coulage, sabotage, attaques personnelles, médisance...Ce qui semble les motiver: peur de perdre des votes, peur de perdre leurs sièges. (...) Avec cette stratégie là, le Bloc a déjà perdu des votes et des sièges (...) C'est une logique tordue et détraquée de penser que c'est en ne parlant pas d'indépendance, qu'on va faire avancer l'indépendance. »

La démission de Martine Ouellet sera effective à partir de lundi prochain.