MEURTRE : La famille de Daphné songe à poursuivre la police

La famille de Daphné Huard-Boudreault songe à poursuivre la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent pour le présumé cafouillage dans l'enquête policière.

Son grand-père a confirmé au Journal de Montréal que tous les recours sont actuellement analysés. 

La jeune femme de 18 ans a été retrouvée sans vie mercredi midi à Mont-Saint-Hilaire par une policière appelée à l'appartement du couple. 

La jeune femme aurait demandé de l'aide pour récupérer ses effets personnels. Elle n'aurait pas attendu l'escorte policière pour entrer et aurait été poignardée par son ex-conjoint qui lui avait tendu un piège.

Le Bureau des enquêtes indépendantes est chargé de vérifier s'il y a faute de la police, car plus tôt dans la journée du drame, Daphné Huard-Boudreault aurait également réclamé l'interventin d'agents de la Régie intermunicipale de police. 

Selon des amies, la victime craignait pour sa sécurité, car son ex, présumément jaloux, l'aurait intimidé à plusieurs reprises et lui aurait volé son téléphone cellulaire. 

Anthony Pratt-Lops, 22 ans est maintenant accusé de meurtre prémédité. Il restera détenu jusqu'à son retour en Cour le mois prochain. 

Il y aura rassemblement à la mémoire de Daphné Huard-Boudreault, le samedi 1er avril à l'école secondaire Ozias-Leduc. Amis et proches sont invités à y participer.