MISE À JOUR: la femme Inuit malade a été retrouvée

Mina Iquasiak Aculiak a été retrouvée saine et sauve, jeudi avant-midi, à Montréal.

La femme Inuit manquait à l'appel depuis vendredi dernier.

C'est un agent du SPVM en congé qui l'a reconnu au coin du boulevard Crémazie et de l'avenue Bloomfield. Il a immédiatement prévenu ses collègues.

Le SPVM se défend

Le Service de police de Montréal promet de faire la lumière sur son intervention menée vendredi dernier auprès de cette patiente inuite malade et dépressive qui a été relâchée sans assistance. 

La dame de 48 ans a été arrêtée en état d'ébriété, à la demande de l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay du quartier Côte-des-Neiges, où elle était traitée pour des blessures sérieuses subies en avril dernier dans le Nord du Québec. Elle avait été happée par une camionnette de police. 

Selon LaPresse, la femme a été amenée au Centre opérationnel Ouest de Ville Saint-Laurent pour lui permettre de reprendre ses esprits. Elle ensuite a été remise en liberté par les patrouilleurs qui lui ont donné un billet d'autobus pour regagner le centre de réadaptation. Sa disparition a ensuite été signalée.

Mina Aculiak ne parle ni anglais, ni français et aurait tenu des propos suicidaires. Elle portait alors une attelle et un cathéter au bras. 

Ne pas tirer de conclusions hâtives

Le SPVM est incapable à ce stade-ci de préciser si ses agents ont suivi les procédures en libérant la femme malade en pleine nuit. 

Toutefois, le commandant André Durocher refuse de tirer des conclusions hâtives.

"Ce n'est pas parce qu'il s'est produit quelque chose, jusqu'à maintenant de malheureux, que la personne est manquante, que notre personnel a mal travaillé. Par contre, c'est assez pour dire qu'il y a préoccupations" a déclaré le commandant Durocher en entrevue à Bell Média.