NOUVEL ALENA: Les producteurs laitiers sont en colère

Le Canada, les États-Unis et le Mexique, se sont entendus tard hier soir sur un nouvel accord de libre-échange au grand dam des producteurs laitiers québécois.

Ils accusent le premier ministre Justin Trudeau de les avoir abandonnés.

L'Accord États-Unis-Mexique-Canada, c'est son nom, ouvre la porte aux produits laitiers américains en sol canadien à la hauteur de 3,6% du marché.  

En tenant compte des autres accords internationaux, les producteurs laitiers perdront l'équivalent d'un mois de production chaque année selon les estimations de l'Union des producteurs agricoles.

L'association des Producteurs laitiers québécois affirme qu'il s'agit de la pire entente possible. Elle anticipe d'importantes pertes financières.

"Ils donnent notre production pour un produit avec des normes environnementales plus basses aux États-Unis. Après, il va falloir compétitionner avec ça? Il (Justin Trudeau) va nous donner des compensations pendant un an ou deux... Ce n'est pas ça que les producteurs veulent!" - Bruno Letendre, président des producteurs laitiers québécois

L'association des Producteurs laitiers du Canada a également dénoncé l'accord dans un communiqué publié ce matin. 

 

"Une bonne journée pour le Canada"

Justin Trudeau a commenté tard, hier soir, qu'il s'agissait d'une "bonne journée pour le Canada" après être parvenu à un accord.

Il est parvenu à conserver le chapitre 19 de l'ALENA sur la résolution des conflits commerciaux. L'exemption culturelle du Canada fera également partie du nouvel accord. 

Le premier ministre du Canada est aussi parvenu à protéger l'industrie automobile de l'Ontario que Donald Trump menaçait avec l'imposition de nouvelles taxes.

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée l'accuse d'avoir sacrifié l'agriculture québécoise. 

"J'ai parlé avec des producteurs laitiers ce matin. Dans leurs pires cauchemars, ils ne pensaient pas que le Canada pouvait s'écraser à ce point pour favoriser l'industrie automobile." 

Par ailleurs, le président des États-Unis n'a toujours pas retiré la surtaxe de 25% et 10% sur les exportations d'acier et d'aluminium pour faire pression sur le gouvernement Trudeau. 

Il s'est aussi exprimé sur Twitter lundi matin.