Nouvelles coupures à LaPresse

Le couperet tombe à nouveau sur les employés de LaPresse

37 postes seront abolis par l'entremise de départs volontaires.

Ceux qui acceptent l'offre recevront l'équivalent de trois semaines par année d'ancienneté, pour un maximum de 18 mois. 

L'annonce a été faite cet avant-midi dans le cadre de la présentation d'un nouveau plan d'affaires aux employés réunis au Palais des congrès de Montréal. 

LaPresse a été transformée en organisme à but non lucratif ce printemps afin de bénéficier de crédits d'impôt. 

Les employés de LaPresse sont sans contrat de travail depuis près de trois ans et les principaux dirigeants syndicaux ont quitté leurs fonctions ces dernières semaines. 

La direction du journal avait annoncé l'élimination de 49 emplois à l'été 2017. 

LaPresse est offerte uniquement sur tablette électronique depuis l'abandon du format papier en décembre dernier. 

IMPORTANTE CHUTE DE REVENUS 

Comme les autres journaux au Québec et au Canada, LaPresse est confrontée à une importante chute de revenus publicitaires. 

Les revenus nets des journaux au Canada sont passés de 3,87 milliards $ en 2007 à 2,13 milliards $ en 2016, selon News Media Canada. 

Le changement de stratégies publicitaires profite aux géants de l'internet (Google, You Tube, Facebook). 

Pourtant, 74% des adultes canadiens lisent du contenu provenant de marques de journaux, principalement par l'entreprise d'un appareil mobile.