STM: chauffeurs et opérateurs votent pour la grève

Les 4500 chauffeurs et opérateurs de la Société de transport de Montréal ont voté à 99% pour un mandat de grève générale illimitée, jeudi.

Le débrayage sera déclenché si l'impasse persiste dans les négociations, alors que le contrat de travail est échu depuis le 1er janvier.

Des autocollants ont fait leur apparition dans les autobus et le métro, en guise de moyen de pression.

Les chauffeurs et opérateurs réclament notamment plus de temps pour compléter leurs trajets qualifiés de « complètement irréalistes » et de « mal planifiés ».

Le syndicat explique que la circulation se complique en raison des entraves routières, l'ajout de limites de vitesse et le partage de la route.

Aucune date butoir n'a été fixée pour le déclenchement de la grève.

Par communiqué, la STM dit prendre acte de la décision de ses chauffeurs et opérateurs et précise que les négociations sont toujours en cours.

En cas de grève, la STM sera informée sept jours avant le début de l'arrêt de travail et les services essentiels seront maintenus.

Le dernier vote de grève des chauffeurs de la STM remonte à novembre 2007.

Les employés d'entretien entameront lundi une grève du temps supplémentaire de six jours.