Uber reste au Québec une année de plus

Uber peut rester au Québec pour une troisième année.

Le ministre des Transports, André Fortin, prolonge d'un an le projet-pilote qui devait prendre fin dimanche.

Il s'agit de sa dernière décision avant de céder sa place au gouvernement de la CAQ. François Legault a donné son accord.

L'objectif est de «permettre la collecte et l’analyse d’informations additionnelles sur les services offerts par Uber Canada, de même que poursuivre l’étude des impacts sur les services de transport par taxi», a fait savoir le ministère.

LES CHAUFFEURS DE TAXI SONT DÉÇUS

Cette prolongation ne fait pas le bonheur des chauffeurs de Taxi qui ont vu leurs permis perdre de la valeur.

Ils reprochent au gouvernement caquiste de ne pas avoir consulté l'industrie du taxi avant de renouveler le projet-pilote.

Par voie de communiqué, les dirigeants du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) et des Taxis du Grand Montréal et Rive-Sud (TGM) qualifient la décision d'injuste et d'inéquitable.

«Nous espérions qu’un nouveau gouvernement serait plus lucide envers Uber, qui n’est qu’un taxi sans permis avec une application mobile. Visiblement, nous aurons beaucoup de démonstrations à faire auprès des nouveaux élus.»