Un prédateur sexuel français arrêté pour avoir piégé 77 jeunes Québécoises

Un prédateur sexuel français de 27 ans se serait servi d'Internet pour assouvir ses pulsions sur au moins 77 adolescentes québécoises.

Antonio Bockell se croyait en sécurité derrière son écran, mais il a été arrêté à la suite d'une enquête de la Sûreté du Québec et de la police parisienne.

Le suspect aurait créé de faux comptes d'adolescentes sur les réseaux sociaux pour approcher ses victimes âgées entre 8 et 17 ans.

Le manège aurait commencé en avril 2017.

« Il mentionnait faire partie d'une école de mode ou de mannequinat pour obtenir des photos inappropriées de ses victimes. Il menaçait de s'en prendre à leur réputation si elles refusaient de fournir les photos.» - Jean-Raphaël Drolet, porte-parole de la Sûreté du Québec

Sous la menace, ses victimes auraient été entraînées dans un cercle vicieux où elles devaient se déshabiller, puis à envoyer des vidéos explicites. 

Les jeunes filles sont originaires des 4 coins de la province, dont le Saguenay-Lac-St-Jean, le Centre-du-Québec et le grand Montréal.

 

Un individu sans scrupule

Confronté par ses victimes, Bockell n'aurait eu aucun scrupule à les humilier lorsqu'elles le suppliaient de ne pas diffuser les images compromettantes.

Certaines auraient vu leur photo publiée sur des sites de pornographie juvénile. Leur vigilance a cependant permis aux policiers de saisir plusieurs objets compromettants lors de l'arrestation. 

Bockell aurait eu des échanges par webcam en ne dévoilant pas son visage. Des adolescentes ont remarqué certains objets, dont une doudou qu'il gardait toujours à proximité. Ces informations ont été fort utiles à la police parisienne pour confirmer l'identité de l'individu. 

Une mère du Saguenay-Lac-Saint-Jean a été l'une des premières à porter plainte aux policiers. Elle a cru pendant longtemps qu'aucun coupable ne serait arrêté.

Le suspect sera accusé de leurre informatique, extorsion ainsi que possession, production et distribution de matériel pornographique juvénile.

Antonio Bockwell sera jugé en France.

Avec la collaboration de Carolyne Labrie, journaliste Bell Média Saguenay-Lac-St-Jean