Un procureur rencontre les présumées victimes de Rozon

Un procureur public rencontre aujourd'hui des présumées victimes de l'ancien patron de Juste pour rire Gilbert Rozon, à Montréal.

Des rencontres se sont aussi déroulées hier, selon La Presse.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales annoncera ensuite si des accusations seront portées en Cour criminelle.

Rozon ne fait l'objet d'aucune accusation criminelle, pour l'instant. 

Une vingtaine de présumées victimes d'agression et de harcèlement sexuel poursuivent l'ancien impresario au civil sous le nom "des Courageuses".

UNE POURSUITE DE 10 M$

"Les Courageuses" demandent 10 millions de dollars de dédommagements pour des agressions et du harcèlement sexuel présumément commis entre 1982 et 2016. Le regroupement de femmes accuse l'homme d'affaires d'avoir abusé de son pouvoir. 

Rozon a contre attaqué en demandant d'annuler l'action collective. Ses avocats prétendent qu'il sera forcé de dépenser une somme considérable en se défendant contre un groupe plutôt que des individus. Sa demande sera entendue en Cour d'appel après avoir essuyé un refus en première instance.