Un sinistré fonce avec sa voiture dans le centre communautaire de Ste-Marthe-sur-le-Lac

Un sinistré à bout de nerfs a foncé avec sa voiture dans le centre communautaire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac en début de soirée, mercredi.

Des accusations de conduite dangereuse, d'agression armée et de méfaits ont été déposées cet après-midi contre le sinistré à bout de nerfs qui a foncé avec sa voiture dans le centre communautaire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, mercredi soir. 

L'accident n'a miraculeusement pas fait de blessé. Des bénévoles et des employés se trouvaient sur place lors de l'attaque à la voiture-bélier, puisque le centre communautaire de la rue de la Mairie abritait les bureaux temporaires du Ministère de la Sécurité publique et de la Croix-Rouge canadienne. C'est à cet endroit que les sinistrés des inondations pouvaient obtenir de l'information sur leurs réclamations.

Jean-François Chénier, 38 ans, résident de Sainte-Marthe-sur-le-Lac a été arrêté sur place. Quelques minutes auparavant, il s'était fait expulser par les policiers en raison son agressivité envers le personnel. L'homme a comparu cet après-midi au Palais de justice de Saint-Jérôme. La Couronne et la Défense ont demandé une évaluation de sa responsabilité criminelle. Il demeure détenu en attendant son retour en cour le 15 juillet prochain.

(Avec la collaboration d'Étienne Phénix, journaliste Bell Média)
 

Une voiture a foncé dans le centre communautaire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac en début de soirée, mercredi.

Facebook

Facebook

Réactions à Québec 

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guibault a dénoncé cet acte lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale cet avant-midi : "On comprend très bien la détresse des gens sinistrés, notamment de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, mais ce genre de geste c'est inacceptable". 

Même son de cloche du côté du député libéral de Pontiac, André Fortin : "C'est certain qu'on a besoin des services psychosociaux présents sur le territoire (...) ça prend des ressources importantes pour être capable de rester en contact régulier, de s'assurer que des gens ne se rendent pas aux événements malheureux comme on va vu hier".

Plus de 2500 maisons de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ont été envahies par les eaux lors de la rupture d'une digue naturelle en avril dernier. Plusieurs sinistrés sont exaspérés par la lenteur des procédures pour obtenir un dédommagement. 

Le centre communautaire est fermé pour la journée. La sécurité autour de l'immeuble a été resserrée, notamment avec l'installation de blocs de béton. "Nous sommes à travailler avec les autorités pour faire en sorte que ce soit rouvert, parce que les gens ont besoin d'aide" a précisé la mairesse, Sonia Paulus. 

Il est possible d'obtenir du soutien pyschologique en consultant le site du gouvernement du Québec.