Une fusillade au Nouveau-Brunswick fait quatre morts

Une fusillade a fait au moins quatre morts à Fredericton au Nouveau-Brunswick, dans les Maritimes (Est du Canada) ce matin. 

Une dizaine de coups de feu ont été tirés peu après 7h ce qui a déclenché une vaste opération policière. 

La police a demandé aux citoyens du secteur de la Promenade Brookside de rester à l'intérieur et de bien verrouiller leurs portes. 

Peu après 8h45, le corps de police a annoncé l'arrestation d'un suspect. Il s'agit d'un homme de 48 ans. Son identité n'a été révélé pour le moment. Il est toujours à l'hôpital pour y soigner des blessures graves.

Vers 10h, les autorités ont confirmé que la sécurité du public n'était plus menacée. 

Les gens ont reçu l'autorisation de sortir des résidences et commerces à proximité de la scène.

Deux policiers font partie des victimes : Sarah May Burns, 43 ans, et Robert Costello, 45 ans.

We can confirm that there is no further threat to the public, and lockdowns are not required at this time.

Police still have the crime scene contained, and will be working the investigation for some time. Thank you for your patience.

— Fredericton Police (@CityFredPolice) 10 août 2018

Of the four people killed in this morning's shootings on Brookside Drive, two were Fredericton Police officers. No names are being released at this time. Please appreciate this is a difficult time for their families and our colleagues. We will provide more info when we can.

— Fredericton Police (@CityFredPolice) 10 août 2018

LA NOUVELLE FAIT LE TOUR DU MONDE 

Cette nouvelle fait la manchette dans plusieurs pays ; CNN aux États-Unis, BBC en Angleterre, Le Monde en France de même que RT en Russie diffusent les moindres détails.

Le premier ministre du NB, Brian Gallant et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau ont réagi à ce drame :

DE TRISTES SOUVENIRS 

Ces tristes événements rappellent la cavale meurtrière de Justin Bourque qui avait assassiné trois agents de la Gendarmerie royale du Canada à Moncton en 2014. 

Bourque purge actuellement une peine de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 75 ans.