Une poursuite de 250 M$ pour cette image qui a fait le tour du monde

L'adolescent de 16 ans qui a dévisagé un autochtone en souriant aux États-Unis poursuit le Washington Post pour 250 M$. Sa famille accuse le journal d'avoir intimidé le jeune dans sa lutte pour embarrasser le président Trump.

Nick Sandmann a affirmé au USA today qu'il ne regrettait pas cette confrontation silencieuse avec le leader autochtone Nathan Phillips en janvier dernier. L'étudiant de 16 ans qui portait une casquette "Make America Great Again" venait de terminer une marche antiavortement (March for Life) avec plusieurs autres camarades de classe lorsqu'ils sont tombés sur un petit groupe d'activistes religieux sur la place du Lincoln Memorial. Plusieurs insultes ont été échangées entre les individus.

C'est en voulant s'interposer entre les deux groupes que le chef autochtone Nathan Phillips s'est interposé avec son tambour.

UN SYMBOLE ANTI-TRUMP?

La famille de Sandmann accuse le Washington Post d'avoir intimité l'adolescent parce qu'il était un blanc catholique qui portait la casquette emblématique du président Trump. Elle affirme dans la poursuite que le quotidien a ignoré d'autres vidéos offrant un portrait plus réaliste de la confrontation.

L'adolescent ne s'est jamais excusé pour ses gestes. Il aurait quitté les lieux si c'était à refaire.