Volée sur son lit de mort

La famille d'Yvonne Bérard Coutu, une grand-maman dévouée et aimante, multiplie les efforts pour retrouver la bague qu'elle aura portée toute sa vie et qui aurait été volée sur son lit de mort. 

La dame de 88 ans, affectueusement surnommée "Mimi", a rendu son dernier souffle dans les bras de sa petite-fille le 28 janvier dernier à l'hôpital du Haut-Richelieu, chambre 5003A, au 5e Nord. 

Nathalie Coutu aurait beaucoup aimé garder en souvenir la bague de mariage offerte par son grand-père, il y a 70 ans presque jour pour jour. 

"Cette bague a accompagné ma grand-maman chaque jour de sa vie. Elle a été témoin de chaque moment qu'elle a vécu. Cette bague était la fierté de ma grand-mère !".  - Nathalie Coutu, petite fille de Yvonne Bérard Coutu 

Photo : Courtoisie Ange-Albert Coutu et son épouse Yvonne Bérard à leur mariage. 

Qui a volé le précieux bijou ?

La soeur de Nathalie Coutu serait la dernière de la famille à avoir vu l'octogénaire après sa mort.  

Il était impossible de retirer le bijou en or sans forcer, puisque le doigt de Madame Bérard était très enflé. 

Le vol a-t-il été commis dans la chambre d'hôpital, une chambre partagée, ou encore à la morgue ? 

Une enquête est menée par la police de Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle n'a aucun suspect en vue pour l'instant. 

L'Hôpital du Haut-Richelieu compte plus de 1 500 employés et 307 lits de patients, sans compter les visiteurs. 

De la publicité dans les journaux 

Nathalie Coutu a acheté de la publicité dans les journaux locaux dans l'espoir de retrouver la précieuse bague. 

"Selon une bijoutière, au poids pour de l'or, on pourrait avoir à peu près 19$ et pour la bague elle-même peut-être 100$ ou 200$. (...) Cette bague est irremplaçable pour nous. Je souhaite que la personne qui a fait ça ait des remords".

Elle invite le voleur à la retourner via le courriel interne de l'hôpital, par la poste ou en la remettant à la police. 

Spotted Saint-Jean-sur-Richelieu et les environs - Publicité dans le journal 

Photo : Courtoisie - Madame Yvonne Bérard Coutu aimait beaucoup les bijoux. Le plus important était sa bague de mariage qu'elle avait toujours à son doigt. 

Vérifications internes  

La direction de l'hôpital du Haut-Richelieu dit prendre très au sérieux ces allégations. Les vérifications internes n'ont pas permis de retrouver la bague. 

"'C'est un événement très rare. On laisse la police faire son travail. Nous comprenons que c'est un objet d'une grande valeur sentimentale" affirme Martine Lesage, porte-parole du Centre intégré de santé et services sociaux de la Montérégie-Centre. 

Il y a aucune caméra de surveillance à l'intérieur de la morgue du centre hospitalier. 

La seule caméra se trouve dans le couloir menant à la pièce lugubre et elle ne pointerait pas vers la porte d'entrée. 

Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Bell Média. 

 

 

 

 

 

 

Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Bell Média.