Grève au RTC : le syndicat blâme la nouvelle loi 24

Seule une entente pourrait empêcher le déclenchement d'une grève illimitée le 13 mars prochain par les chauffeurs du Réseau de transport de la Capitale.

C'est ce qu'a confirmé en point de presse ce matin le syndicat affilié à la CSN qui pointe du doigt la nouvelle loi 24 pour justifier son moyen de pression.

Cette dernière limite à 150 jours les négociations entre les employés municipaux et leur employeur après quoi un processus s'enclenche et mène à la désignation d'un mandataire pour imposer des conditions.

Les deux parties ont tenu 47 séances de discussion depuis juin.

La dernière convention collective de 2009 s'est négociée sur une période de trois ans.

Par ailleurs, le président du RTC Rémy Normand tend la main aux chauffeurs d'autobus pour parvenir à une entente avant la date limite.

Il propose notamment des rencontres intensives.

Advenant une grève, le service serait maintenu aux heures de pointe comme c'était le cas en 2004.