L'accusé demande un arrêt des procédures dans le dossier de la femme enceinte happée mortellement

L'avocat du conducteur épileptique accusé d'avoir happé mortellement une femme enceinte sur le boulevard Laurier en août 2016, pourrait déposer une requête en arrêt des procédures.

Me Simon Roy, a fait valoir des failles dans la divulgation de la preuve.

Le médecin de Jonathan Falardeau-Laroche, n'aurait pas garder de traces écrites de la consultation suite à laquelle il aurait dit à son patient de cesser de conduire.

Tous les enregistrements dans les archives du CHUL sont détruits au bout de sept jours.

C'est pourquoi, Me Roy tentera de s'opposer au témoignage du médecin Michel Sylvain.

Troisième accident pour l'accusé

Il ne s'agit pas du premier accident de l'accusé. La Couronne tentera de démontrer que Jonathan Falardeau-Laroche, atteint d'épilepsie, avait précédemment été impliqué dans deux autres accidents, en novembre 2014  et en décembre 2015 et que ces événements sont liés à sa condition.

Le jeune homme de 24 ans fait face à des accusations de négligence criminelle causant la mort de Marie-Pier Gagné, 27 ans et d'avoir causé des lésions l'enfant qu'elle portait, qui a pu être mis au monde après l'accident.

Le procès, qui doit débuter 27 mai 2019, est prévu durer 2 semaines.