L'employeur pointé du doigt pour la mort d'un élagueur à Québec

La CNESST blâme l'entreprise Patrick Turgeon Arb'attage pour la mort d'un élagueur en mai 2018 à Québec.

L'enquête démontre que la planification déficiente est à l'origine du décès de l'homme de 35 ans qui a été électrocuté pendant qu'il s'affairait à couper des branches d'arbre sur un terrain résidentiel de la rue Sophie Melvin.

Marc-André Lavoie a reçu une décharge mortelle lorsque sa scie télescopique est entrée en contact une ligne électrique à moyenne tension. La perche mesurait 6 mètres et le tronc d'arbre se situait à une distance de 3,4 mètres.

Le rapport publié aujourd'hui souligne que l'employeur aurait dû contacter Hydro-Québec pour s'assurer que le courant était coupé pendant les travaux étant donné la proximité des fils électriques.

Il s'est placé debout, en appui sur une branche, avec son dispositif antichute attaché à une branche supérieure. Tandis qu'il effectuait ses tâches, sa scie à élaguer a dévié et est entrée en contact avec la ligne électrique sous tension. C'est alors que le travailleur a reçu une décharge électrique. 

Extrait du rapport d'enquête

La CNESST a interdit à Patrick Turgeon Arb'attage d'effectuer des travaux d'élagage et d'abattage d'arbres au lendemain du drame.

L'entreprise a pu recommencer à réaliser des contrats après avoir démontré à l'organisme qu'il avait élaboré une méthode de travail sécuritaire comprenant l'analyse de risques en fonction de l'environnement de travail et fait l'acquisition d'outils sécuritaires.