La facture du virage biométhanisation bondit de plus de 50%

Le coût du projet d'usine de biométhanisation à Québec bondit de 65,5 millions pour un investissement total qui frôlera les 190 millions de dollars. La construction était évaluée à 125,5 millions en 2014.

La décision de collecter les restants de table dans des sacs de plastique plutôt qu'avec des bacs bruns représente à elle seule une somme additionnelle de 29 millions de dollars.

Cette enveloppe permettra de construire un centre de tri à proximité de l'usine de biométhanisation dans le secteur de la Baie de Beauport. L'ensemble des installations doivent être fonctionnelles pour 2022. Notons que le gouvernement interdira aux municipalités d'enfouir leurs résidus alimentaires à partir de janvier 2022.

L'inflation, le taux de change défavorable, le prix des matières premières et les sols à décontaminer génèrent aussi une hausse des dépenses de 22,5 millions par rapport à ce qui était planifié il y a cinq ans.

La ville a aussi décidé de construire des installations plus performantes pour une somme de 14 millions supplémentaires. Les responsables du projet estiment que l'investissement permettra d'augmenter de 50% sa production de gaz naturel.

Une entente de principe a d'ailleurs été signée avec Énergir qui s'engage à acheter chaque gigajoule d'énergie renouvelable à un tarif indexé de 12,82$. Initialement, le prix de vente était évalué à 3,66$ par gigajoule de sorte que la ville s'attend à obtenir des revenus de 100 millions sur une période de 20 ans, soit cinq fois plus que prévu.

La transformation des déchets organiques et des boues municipales en gaz naturel produit un résidu solide appelé digestat qui peut être utilisé comme fertilisant dans les champs. Les responsables du projet n'ont pas encore estimé quels revenus pourrait générer la vente de cette matière solide.