La Ville de Québec va tolérer les Airbnb et cie... mais sous plusieurs conditions

Les plateformes d'hébergement collectif comme Airbnb seront tolérées partout à Québec à compter du 1er juin, mais contre certaines conditions.

Un occupant qui désire louer sa résidence principale devra payer 50 dollars pour un permis annuel en plus de remettre une preuve officielle et le numéro du permis devra obligatoirement être affiché sur l'annonce.

Le lieu de location ne pourra pas être loué plus de 90 jours par année et l'offre d'hébergement ne devra pas dépasser 31 jours consécutifs.

Le plan d'action de la ville prévoit que les résidences secondaires offertes en location se retrouveront sous la même catégorie que les hôtels et autres établissements d'hébergement commerciaux.

Les propriétaires devront donc répondre à une série d'obligations incluant une attestation de classification provinciale, un permis municipal et une taxe provinciale sur l'hébergement.

Ainsi, l’usage C10 sera le seul inscrit au zonage sous l’appellation établissement d’hébergement touristique général : les établissements hôteliers (usage C10) et les résidences de tourisme (usage C11) se retrouveront prochainement dans la même catégorie d’usages. D’ici à ce que les modifications réglementaires soient effectuées, le moratoire sur les résidences de tourisme (règlement de contrôle intérimaire, R.V.Q. 2587) est maintenu.

Deux séances de consultation publique sur le sujet sont prévues les 10 et 12 avril.

La démarche de la ville fait suite aux 11 recommandations déposées par le groupe de travail composé d'acteurs de l'industrie hôtelière et touristique.