Labeaume ne veut pas voir le crucifix disparaître de l'hôtel de ville

Le maire Labeaume admet qu'il fait un peu de résistance en refusant de bouger le crucifix à l'hôtel de ville de Québec.

L'objet ostentatoire qui veille sur les élus du conseil municipal représente surtout un symbole de notre patrimoine aux yeux du politicien.

Régis Labeaume déplore d'ailleurs ce qu'il considère être une tendance à la banalisation du passé.

Je pense qu'idéalement ce serait mieux qu'il n'y soit pas parce qu'on est une société laïque. Mais au point de vue historique, sociologique et ethnographique, ça m'intéresse. En même temps, ça me permet de faire un peu de résistance parce que l'arbre des fêtes ça ne m'intéresse pas, c'est un arbre de Noël. Pâques c'est Pâques, ce n'est pas la fête du printemps puis je ne suis pas un rongeux de balustre pour tout ça.

Régis Labeaume

En marge du dépôt du projet de loi de la CAQ sur la laïcité, les élus de l'Assemblée nationale ont voté à l'unanimité pour le retrait du crucifix au salon bleu.