Les automobilistes sont plus souvent intoxiqués par le GHB que par le pot

 

7 fois sur 10 les automobilistes intoxiqués interceptés par la police ont consommé du GHB, selon ce que rapporte le Soleil.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale ainsi que le SPVQ ont remarqué une recrudescence de l'utilisation de cette drogue à Québec, depuis au moins deux ans.

Les automobilistes qui ont consommé du GHB ont les capacités affaiblies de la même façon que l'alcool.
La seule différence, c'est que les consommateurs n'ont pas de gueule de bois le lendemain.

Il ne s'agit toutefois pas du GHB que l'on connait comme la drogue du viol. Les gens en consomment eux-même à petite quantité.

Mardi dernier, Christine Barreck, 29 ans, a percuté une voiture au coin de la 46e Rue et du boul. Henri-Bourrassa avant de prendre la fuite. Elle a roulé avec les coussins gonflables déployés avant d'être arrêtée par les policiers dans la cour d'un garage de la 47e Rue à Charlesbourg.

Les policiers du SPVQ ont confirmé qu'ils on trouvé à l'intérieur du véhicule une bouteille d'eau contenant un liquide visqueux qui porte toutes les apparences de GHB.