Les parents d'un enfant autiste perdent en cour contre la Commission scolaire de la Capitale

Les parents d'un enfant autiste qui poursuivaient la Commission scolaire de la Capitale ont été déboutés aujourd'hui par le Cour supérieure. 

La famille réclamait un montant de 600 000 dollars alléguant que leur garçon n'a pas obtenu les services adaptés qu'il méritait et qu'il a été mal évalué. Thomas Otis-Labonté qui a maintenant 15 ans a étudié dans une classe régulière jusqu'en quatrième année.

Ses parents estimaient ne pas avoir été assez informés par la commission scolaire sur les options de services spécialisés pour le jeune qui vit avec un trouble envahissant du développement, ce qui s'apparente au spectre de l'autisme.

Nous sommes très satisfaits de la décision rendue et ce jugement vient appuyer le principe directeur selon lequel l’intérêt de l’enfant est au cœur de notre politique relative à l’organisation des services éducatifs offerts aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) - Manon Robitaille, présidente de la CSC

Le juge Marc Paradis conclut dans son rapport que les démarches ont été réalisées selon les normes établies par la loi et que le jeune a pu bénéficier de services d'accompagnement dès son entrée à la maternelle dans une école de Val-Bélair.

Il ajoute que la Commission scolaire de la Capitale n'a commis aucune faute en l'inscrivant dans une classe ordinaire.