Projet de loi 17 : les taxis bloquent un boulevard à Québec

Quelques centaines de chauffeurs de taxi en provenance des quatre coins de la province ont convergé vers Québec cet avant-midi pour exiger que le gouvernement recule sur son projet de déréglementation de l'industrie.

Ils ont stationné leur véhicule sur le boulevard René-Lévesque qui a été bloqué de 10h00 à 13h00 sur la portion située face à l'Assemblée nationale près d'Honoré-Mercier.

Les manifestants estiment que le projet de loi 17, dont les consultations commencaient aujourd'hui en commission parlementaire, va complètement ''effacer'' l'industrie du taxi.

Le groupe a scandé plusieurs slogans vindicatifs à l'endroit du gouvernement. Certains accusaient les caquistes d'être racistes en référence aux nombreux immigrants qui gagnent leur vie dans le domaine du transport de personnes. D'autres ont crié que le ministre François Bonnardel était un assassin.

Certaines affichent brandies par des chauffeurs en colère poussaient encore plus loin en associant le ministre des Transports à Adolf Hitler et au régime nazi.

Le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec Abdallah Homsy a tenu à se dissocier de ce message soulignant au passage que la pancarte avait été détruite.

On trouve ça déplorable. Nous ne sommes pas là pour attaquer personne et on s'excuse si on a touché quelqu'un. On est dans une période très critique, le désespoir est là. On ne s'attendait pas à un projet de loi comme celui-là.

Abdallah Homsy

Possibilité de compromis?

Le ministre des Transports n'est pas fermé à l'idée d'augmenter la redevance qui ira à l'industrie du taxi en marge du début des consultations en commission parlementaire.

Son projet de loi prévoit déjà une redevance de 20 cents pour chacune des courses durant trois ans, ce qui représente entre 10 et 13 millions $.

Cette somme financerait la modernisation de l'industrie du taxi. 

Ce que j'ai demandé à l'industrie du taxi depuis le début, c'est de me proposer des choses. Est-ce que c'est une avenue qui serait intéressante? Sûrement. 

François Bonnardel

Le ministre refuse toutefois de bonifier les compensations de 500 millions de dollars pour les propriétaires de permis.

Le projet de loi 17 doit mettre fin aux territoires exclusifs. aux quotas de permis de taxi et à l'inspection mécanique annuelle.

En contrepartie, tous les chauffeurs qui voudront être payés pour faire du transport de personne devront suivre une formation et réussir un examen.

Une vérification des antécédents judiciaires est également prévue dans le texte de loi.