Réconciliation à Québec sur la protection des sources d'eau potable

L'harmonie est de retour entre les municipalités de la couronne nord et la ville de Québec après des démêlés judiciaires au sujet de la protection des sources d'eau potable.

La plupart des citoyens qui avaient vu leur projet de construction être bloqué par un règlement de contrôle intérimaire très restrictif à Lac-Beauport, Stoneham, Sainte-Brigitte-de-Laval et Lac-Delage pourront finalement aller de l'avant.

Les élus de la Communauté métropolitaine de Québec sont parvenus à s'entendre et à mettre sur papier une nouvelle version du RCI qui fait passer de 15 à 25% la limite de dénivellation pour l'érection d'une maison.

En contrepartie, les propriétaires devront s'assurer d'avoir suffisament d'espace perméable et de végétations pour empêcher le ruissellement d'atteindre les cours d'eau, dont le Lac Saint-Charles, principale source d'eau potable à Québec.

Les terrains non lotis à l'heure actuelle devront obligatoirement être reliés au réseau d'acqueduc et d'égout.

Le maire Labeaume n'a pas caché son mépris envers les maires des municipalités qui en 2016 refusaient de faire de compromis. Ils ont tous été battus aux dernières élections.

Oui on a fait des compromis. C'est parce que j'avais du monde qui pensait comme nous autres. Avant c'était pas possible à Stoneham, on s'en foutait à Stoneham. On a été drastique à l'époque pour arrêter le bordel. On n'a pas fait des compromis pour l'avenir. Pour les gens qui sont déjà là et qui ont déjà loti leur terrain on va jouer autrement.

Régis Labeaume, maire de Québec

Le gouvernement provincial a maintenant 60 jours pour approuver le nouveau réglement de contrôle intérimaire.