Tramway : de nouveaux arguments contre un tracé jusqu'à Revenu Québec

tramway, Pie XII

L'absence de tramway jusqu'au siège social de Revenu Québec dans le secteur de la rue Marly et son passage derrière les résidences du boulevard Pie-XII ont été les deux préoccupations les plus abordées mardi soir à l'occasion de la soirée d'information consacrée à la portion ouest du futur tracé.

Plus de 350 citoyens se sont réunis à l'hôtel de ville de Sainte-Foy pour écouter les représentants de la Ville de Québec et pour les questionner sur plusieurs enjeux associés au déploiement du réseau de transport structurant.

Des inquiétudes ont notamment été soulevées sur le bruit, la technique de déneigement, la sécurité des piétons, les expropritations et la congestion engendrée par le gigantesque chantier. À l'instar des deux soirées précédentes, plusieurs interrogations sont demeurés sans réponses précise puisque, dit-on, le projet en est encore qu'à sa phase de conception préliminaire.

Néanmoins, il faut dire que la ville a paru plus préparée pour faire face aux interrogations du public contrairement aux séances d'information précédentes alors que de nouveaux arguments ont été évoqués pour justifier le choix de ne pas prolonger le trajet du tramway jusqu'aux bureaux de Revenu Québec qui compte 3 100 employés.

Le directeur de la division conception du projet de 3,3 milliards de dollars Benoit Carrier a d'abord brandi les risques de déraillement en raison de la courbe prononcée et de la pente que l'on voit dans le scénario suggéré d'un détour par le boulevard Versant-Nord.

Même si on souhaitait mettre une station à proximité du ministère du Revenu, le mieux qu'on peut faire avec un alignement droit c'est à 500 mètres.

Benoit Carrier, directeur de la division conception

Il a ensuite expliqué que le détour rendait impossible un passage vers le pôle qui sera situé près du chemin Sainte-Foy et de l'avenue McCartney. La zone présente un potentiel de plus de 10 000 utilisateurs en combinant, les résidents, les étudiants et les travailleurs du secteur.

Un autre responsable du RTC a finalement expliqué que les autobus qui circulent en direction de Marly ne dépassent pas une capacité moyenne de 27%, et ce, en période de pointe, ce qui contredit les observations des utilisateurs qui militent pour un tracé du tramway jusqu'à Revenu Québec.

Le vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec Rémy Normand en a aussi profité pour décoché une flèche au pdg de l'organisme gouvernemental après la publication d'un sondage maison démontrant le fort intérêt des fonctionnaires pour le transport en commun.

J'ai pas le sondage, j'ai pas la méthodologie, j'ai juste une feuille de chou qui m'a été acheminée en fin d'après-midi. 

Rémy Normand, vice-résident du comité exécutif

Rémy Normand qui occupe aussi la chaise de président dui Réseau de transport de la Capitale a promis de faire un bilan prochainement des trois rencontres tenues dans les deux dernières semaines.

Le projet de réseau structurant qui est évalué à 3,3 milliards de dollars comprend une ligne de tramway de 22,8 kilomètres et un service de trambus sur 17 kilomètres. Le chantier doit démarrer en 2021 pour une livraison à la fin de 2026.