Transparence : le pdg du Salon international du livre de Québec réplique

Le président directeur-général du Salon international du livre de Québec contre-attaque après avoir été suspendu le temps que la lumière soit faite sur des allégations de dépenses injustifiées.

Philippe Sauvageau a mis en demeure le comité exécutif de l'organisation afin de pouvoir donner sa version des faits au conseil d'administration.

Il réfute d'ailleurs l'ensemble des accusations évoquées par rapport à ses méthodes de gestion, mais il a refusé de répondre à la plupart des questions des journalistes, ce matin, dans le cadre d'un point de presse.

Rappelons que le Journal de Québec a révélé récemment que Philippe Sauvageau avait fait 9 voyages au Bénin en 12 ans, périples qui ont généré une facture totalisant 30 000 dollars.

L'objectif dit-il était de séduire des représentants du pays pour les convaincre de participer au SILQ.

Philippe Sauvageau est actuellement incapable de justifier la raison de ses missions en Afrique. Il prétend ne pas être en mesure de le faire parce qu'il n'a pas accès aux documents qui se trouvent dans les bureaux du Salon international du livre de Québec.

Une firme comptable embauchée par le conseil d'administration travaille maintenant à déterminer si toutes les sommes ont été dépensées dans les règles de l'art.

La SODEC a annoncé qu'elle enquêtera aussi sur la gouvernance du Salon international du livre de Québec.

Le Salon international du livre de Québec reçoit près de 290 000 dollars en subventions chaque année.