Une question d'examen suscite la colère chez les élèves de secondaire 5

Des milliers d'élèves de secondaire cinq dénoncent l'épreuve uniforme de français du ministère et non, ce n'est pas en raison de son niveau de difficulté.

C'est plutôt la question posée dans l'examen soit « peut-on s'adapter aux changements climatiques  » qui soulève l'indignation.

Une page Facebook réunissant 35 000 élèves qui servait initialement à échanger sur l'épreuve s'est transformée en tribune pro-environnementale.

De nombreuses publications ''aimées'' des centaines de fois soulignent qu'il aurait été préférable que l'examen de trois heures s'intéresse aux solutions face aux changements climatiques ou comment les limiter.

Le groupe a été créé et est administré par un jeune homme de l'école secondaire du Mont Sainte-Anne, située en banlieue de Québec.

La nouvelle d'abord ébruitée par Vice a fait réagir le ministre de l'Éducation qui se réjouit de la mobilisation des ces adolescents qui, mine de rien, auront le droit de voter dans à peu près 2 ans.

Que les étudiants soient mobilisés et intéressés à agir concrètement, sincèrement c'est formidable. Je trouve que c'est porteur d'espoir pour l'avenir du Québec et de l'humanité. Ils disent on veut pas l'écrire, on veut le faire, formidable!

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation.

Les élèves de 15 et 16 ans sont nombreux à faire valoir qu'il ne faut pas s'adapter aux changements climatique, mais plutôt travailler à inverser la tendance.