À 2 mois de l'implantation d'Optilab, l'inquiétude est palpable

À deux mois de l'implantation d'Optilab dans la région, le climat d'incertitude est plus grand que jamais. 

Un sondage mené pour le compte du syndicat de l'APTS démontre que plus de 6 professionnelles en santé sur 10 au Bas-Saint-Laurent présentent un indice de détresse élevé ou très élevé. 

Le répondant politique de l'APTS dans la région accuse le ministre Gaétan Barrette d'être le seul responsable de la situation catastrophique qui se vit actuellement en santé. 

Linda Imhoff est technicienne en laboratoire à l'Hôpital de Maria en Gaspésie. 

Questionnée sur ce qui allait se produire le 1er avril, date butoir pour l'implantantation d'Optilab en région, madame Imhoff répond qu'elle est devant l'inconnu. 

Les employés de la Gaspésie craignent les coupures de postes dans la restructuration. 

Les services au patients seront inévitablement affectés dans le processus selon l'employée.