Les infirmières du Bas-St-Laurent refusent le temps supplémentaire obligatoire

Comme annoncé vendredi, les infirmières et personnel des soins du Bas-St-Laurent affiliées à la FIQ refuse tout temps supplémentaire obligatoire en ce lundi.

Elles respectent toutefois l'ordonnance du Tribunal administratif uniquement  en cas de situation urgente et exceptionnelle.

Les infirmières ne feront toutefois pas de temps supplémentaire obligatoire lié à la gestion des horaires de travail.

Le nombre d'heures supplémentaires obligatoires a augmenté de 31 % en seulement 5 ans.

La présidente de la FIQ  estime que la ministre de la santé Danielle McCann a compris le message.

< Je pense qu'elle a saisi l'électrochoc qu'on voulait pour cette journée. Ce qu'on demande à madame McCann c'est: vous devez exiger de vos gestionnaires que ce soit leur priorité numéro un,  ce qui n'était pas le cas depuis quelques jours et quelques semaines. Voilà l'électrochoc pour les gestionnaires. >

Nancy Bédard, présidente de la FIQ