Rimouski-Neigette dénonce un «recul» d'Ottawa dans le financement des infrastructures locales

Le conseil de la MRC de Rimouski-Neigette a adopté une résolution pour demander à Ottawa de ne pas modifier les règles du Programme de la taxe sur l'essence et la contribution du Québec (TECQ).

Les municipalités craignent une baisse du financement gouvernemental pour les infrastructures, un « recul inacceptable du gouvernement fédéral », écrit la MRC dans un communiqué.

20 % des fonds du programme pouvaient être utilisés par les municipalités pour l'amélioration des infrastructures, alors que 80 % étaient consacrés aux infrastructures de voirie.

Dans la plus récente mouture du programme, qui s'étend sur cinq ans, la totalité des investissements seraient consacrés aux infrastructures de voirie, ce qui ne laisserait aucune latitude aux municipalités, selon le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette et maire de St-Anaclet, Francis St-Pierre.

« Ces montants ont servi à investir dans des projets essentiels pour les petites municipalités qui, autrement, auraient entraînés des augmentations de taxe. Dans notre planification, on utilisait cet argent pour réaliser des projets prioritaires. Aujourd’hui, on n’est plus capable. On est au tout début du programme, donc il est encore temps de réajuster le tir. »

Francis St-Pierre, préfet de la MRC de Rimouski-Neigette

Le maire de Saint-Anaclet explique que la municipalité a pu puiser dans ce 20% pour rénover son terrain de balle-molle et le hall d'entrée du centre communautaire.