Toujours difficile de se loger pour les gens à faible revenu à Rimouski

La situation des locataires à faible revenu à Rimouski ne s'améliore pas malgré le nombre plus important de loyers vacants.

Selon les chiffres du recensement de 2016, plus du tiers des locataires consacrent plus de 30 % de leurs revenus pour se loger.

14 % doivent débourser jusqu'à la moitié de leurs revenus pour leur logement.

Soulignant son 20ème anniversaire, le Comité logement Rimouski-Neigette note également une nette diminution des services d'informations à la Régie du logement.

De son côté, le FRAPRU dénonce une fois de plus les politiques insuffisantes du gouvernement du Québec en matière de logements sociaux.

Le regroupement estime que Rimouski a besoin de 300 logements sociaux supplémentaires dans les 5 prochaines années.

« Le logement social peut se faire par l'achat et rénovation de logements déjà existants. Par le fait même, ça répond à d'autres besoins, notamment pour ce qui est de la salubrité des logements. Quand on a un taux d'innoccupation plus élevé comme c'est le cas présentement à Rimouski, ce n'est pas nécessaire de passer par de la construction neuve. »

Véronique Laflamme du FRAPRU.