Un arbitre tranche en faveur des infirmières de la région

Un arbitre donne raison aux professionnelles en soins du Centre de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent dans un différend les opposant à leur employeur. 

Les employées tenues de prendre leur repas sur leur lieu de travail devront être rémunérées au taux du temps supplémentaire. 

L'arbitre Marcel Morin tranche ainsi en faveur de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec qui considère ces moments comme du temps travaillé. 

Une décision qui pourrait avoir un impact sur les conditions de travail de l'ensemble des professionnelles en soins de la province tel que l'explique la présidente de la FIQ, Nancy Langlais. 

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec représente plus de 66 mille membres au Québec, dont plus de mille 700 au Bas-Saint-Laurent.