217 000 $ pour le bien-être des aînés

217 000 $ ainés Abitibi-Témiscamingue

Québec investit 217 850 $ dans différents programmes et projets visant le mieux-être des aînés de l'Abitibi-Témiscamingue.

Avec le vieillissement de la population, il est important de mettre en lumière leur contribution.

L'objectif est aussi de limiter la maltraitance et de garder les plus âgés dans leur milieu de vie.

La région ne serait pas la même sans eux, nous rappelle le ministre régional, Luc Blanchette.

« On veut aussi briser l'isolement, maintenant les services en région. Il n'y a pas juste de l'intimidation dans les écoles, il y a de l'intimidation auprès des aînés aussi. Tout ça fait partie de cette mouvance-là, comment on peut maintenir nos aînés chez eux, heureux et sécuritaires, et en même temps avoir une certaine reconnaissance de la part de la société. »

Aînés d'exception

La Table régionale de concertation des personnes aînées de l'Abitibi-Témiscamingue reçoit la plus grande part du gâteau, avec 89 400 $.

La majeure partie servira à la réalisation du projet Aînés d'exception, piloté par le conteur abitibien Guillaume Beaulieu.

Sur deux ans, il rencontrera environ 170 personnes pour mettre en lumière des gens ou des contextes exceptionnels.

Il écrira ensuite un livre de contes et légendes inspirés des entrevues. La deuxième année, il mettra en scène deux spectacles, qui seront présentés dans les écoles et les bibliothèques de la région.

Guillaume Beaulieu espère rapprocher les jeunes et les aînés.

« C'est vraiment de faire en sorte que cette cassure-là, qu'on voit depuis quand même longtemps, puisse se refermer. Par un spectacle, par un livre, c'est dans la subtilité, dans le concret mélangé un peu à l'imaginaire, qu'on est amené à changer quelque chose dans ce regard-là et à poser des gestes concrets par la suite. »

Faire sa place

C'est un beau projet pour le président de la Table de concertation des personnes aînées de l'Abitibi-Témiscamingue, Jacques Lafrenière.

Il reconnait qu'il peut être difficile de faire sa place à un certain âge.

« Il faut tout le temps se battre pour exister, si on peut dire, parce que la population vieillit tout le temps et elle [la population plus jeune] pousse les aînés. »

Pikogan (10 500 $) et huit municipalités du Témiscamingue (74 000 $) reçoivent des fonds pour élaborer une première politique et un plan d'action en faveur des aînés.

Amos (6 000 $), Nédélec (5 250 $) et Rouyn-Noranda (12 500 $) sont pour leur part financées pour la mise à jour des leurs.

Enfin, le Carrefour action municipalité et famille obtient 20 200 $ pour offrir un soutien technique aux municipalités mentionnées.

L'argent provient des programmes Québec ami des aînés et Municipalités amies des aînés.