641 jours d'attente pour un rein en Abitibi-Témiscamingue

Une personne en attente d'une greffe de rein en Abitibi-Témiscamingue doit patienter en moyenne 641 jours.

Un délai extrêmement long pour les six patients atteints d'insuffisance rénale qui sont sur la liste actuellement.

Au total chez nous, 319 personnes souffrent de cette maladie et reçoivent des traitements de dialyse.

Selon des chiffres de Transplant Québec, dévoilés jeudi, près de quatre Québécois sur 10 ont signé leur carte de don.

Plus de 1,4 million de personnes ont aussi signé le registre de notaires à cet effet.

C'est bien, mais plus il y a de donneurs, plus il y de vies sauvées, rappelle l'infirmier en don d'organe et chef de l'urgence à Amos, Normand Lemieux.

« Mon rôle à moi, c'est de faire de la sensibilisation auprès de la population, j'en fais aussi au niveau des écoles avec les infirmières, les médecins aussi de la région pour identifier nos donneurs dans nos hôpitaux pour qu'on s'assure que si un patient pourrait devenir donneur, qu'on y pense et qu'on puisse faire les démarches pour que ça se produise. »

Donner pour faciliter le deuil

Plusieurs familles hésitent encore à autoriser le don des organes de leurs proches malades, même si la carte est signée.

C'est une décision difficile à prendre, mais au final, ça peut faciliter le deuil prochain, croit Normand Lemieux.

« Quand les familles acceptent le don d'organes, ça les aide beaucoup à apaiser le deuil après, à se dire qu'il n'est pas mort pour rien, qu'il a pu donner la vie à d'autres personnes malgré l'accident, malgré que souvent ces gens-là sont plus jeunes quand ils décèdent. C'est  ce côté-là qui aide beaucoup les familles. »

De plus en plus de gens adhèrent au don vivant pour les reins, ce qui améliore les délais.

Quelques chiffres et informations 

L'an dernier, en Abitibi-Témiscamingue, six personnes ont reçu un donc d'organe, dont deux reins.

Neuf personnes sont sur la liste d'attente pour un organe actuellement, pour des reins, des poumons et un coeur.

La région n'a compté qu'un seul donneur en 2016, contre trois l'année d'avant.

À l'échelle du Québec, en 2016, 480 patients ont reçu un don d'organe.

C'est une baisse comparativement à 2015.

En France, la loi a été changée pour que les Français deviennent automatiquement donneurs.

S'ils sont contre le don d'organe, ils doivent signer un formulaire.

Chez nous, c'est l'inverse, il faut autoriser le don et avertir nos proches de notre intention.