8 mois d'emprisonnement avec sursis pour Miguel Dumais

Impliqué dans une poursuite policière en juillet dernier à Rouyn-Noranda, Miguel Dumais est condamné à purger huit mois d'emprisonnement avec sursis.

 

L'homme de 26 ans a plaidé coupable à des accusations de fuite, de conduite dangereuse, de conduite avec les capacités affaiblies et de possession de stupéfiants. Un arrêt conditionnel a été ordonné sur le chef de méfait de moins de 5 000 $. 

Il devra passer les quatre premiers mois à la maison en tout temps, puis respecter un couvre-feu les quatre mois suivants. Ce sera suivi d'une probation de 12 mois.

Il lui sera aussi interdit de conduire pendant trois ans suite à sa peine, ce qui pourrait s'allonger selon les dispositions de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). Miguel Dumais devra respecter plusieurs conditions, notamment de ne pas consommer d'alcool ou de drogues et de faire un don de 2 000 $ au Centre Normand.

Retour sur les faits

Le 30 juillet 2018, le jeune homme avait refusé de s'immobiliser à deux reprises à la demande des policiers, ce qui a mené à une poursuite à haute vitesse à Rouyn-Noranda avant qu'il termine sa course dans un muret de béton.

Son avocat, Me Jean McGuire, a indiqué que Miguel Dumais était dépendant à la drogue. Il était fortement intoxiqué et n'avait pas dormi depuis quatre jours au moment des faits.

Le juge Jacques Ladouceur a entériné la suggestion commune des deux parties, qu'il a jugé adéquate à la lumière du rapport présentenciel confectionné. Cette sentence lui permettra de conserver son emploi de foreur et de continuer d'être un actif pour la société.

Pour le procureur de la Couronne, Me Nicolas Bigué, c'est une sentence raisonnable dans les circonstances.

« Dans ce cas-ci, vu l'âge, le profil de l'accusé et le fait qu'il ait fait des démarches de thérapie importantes et qu'il a fait en sorte de régler le problème qui était la cause de la criminalité, le but étant la réhabilitation, la protection du public est assurée par cette sentence-là parce que monsieur a un suivi important au niveau tant du sursis que de la probation. »

- Me Nicolas Bigué

Le juge Jacques Ladouceur a parlé d'un crime grave, qui aurait pu avoir des conséquences importantes. Il a félicité l'accusé pour les démarches entreprises pour régler son problème de dépendance et a salué sa sobriété, mais l'a averti qu'il n'était pas à l'abri de la rechute. 

« Si vous ne continuez pas à bénéficier de l'aide disponible, vous allez frapper un mur. Vous allez minimiser les chances de récidive si vous utilisez les outils qu'on vous a donnés pour vous construire une nouvelle vie, » a-t-il conclu.