90 déneigeuses prêtes à dégager les routes cet hiver

Alors que plusieurs attendent encore leur rendez-vous de changement de pneus, le ministère des Transports (MTQ) est fin prêt à faire face à l'hiver.

Les camions de déneigement sont parés à prendre la route, les entrepôts de sel sont pleins et le personnel est sur un pied d’alerte.

En Abitibi-Témiscamingue, 90 camions de déneigements se chargeront de l'entretien de plus de 3 000 km de routes.

Heure de pointe ou non, le ministère lance ses opérations dès les premières accumulations. Il se doit de dégager la route avant qu'il ne s'accumule cinq centimètres de neige, sinon ça se transforme en neige durcie.

Les déneigeuses roulent lentement et leur visibilité est presque nulle. Chaque camion prend deux heures à compléter son circuit de déneigement.

La patience est de mise, rappelle le directeur régional de l'exploitation pour le MTQ, Marc Deschesnes.

« On ne peut pas circuler à des vitesses supérieures à 35 km/h, pour nous assurer que les matériaux (abrasifs et sel) sont situés aux bons endroits sur la route, et que lorsque les véhicules circulent, ils travaillent avec les matériaux pour déglacer la route le plus rapidement possible. »

- Marc Deschesnes

Les opérations ont d'ailleurs déjà débuté avec la météo des derniers jours. C'est une dizaine de jours plus tôt qu'à l'habitude.

Malgré le travail du MTQ, il est aussi important pour les usagers d'adapter leur conduite aux conditions routières.

Audrey Folliot, Bell Média. Marc Deschesnes est directeur régional de l'exploitation pour le MTQ.

Des GPS pour tous

De plus, depuis deux ans, tous les camions de déneigement de la région sont équipés de GPS, autant ceux du ministère que de leurs partenaires.

C'est une question de sécurité et d'opérations plus efficaces, indique Marc Deschesnes.

« [On a des GPS] qui nous donnent des données de base sur le véhicule, est-ce qu'il est en opération, quel type d'opération il fait. Maintenant, on est capable de le suivre en temps réel. En cas d'accident, exemple une fermeture de route, on est capable aussi de savoir nos camions, à quel endroit ils sont situés pour assurer la continuité des services. »

- Marc Deschesnes

Les routes gérées par le ministère sont soit dégagées complètement, soit partiellement ou soit laissées sur un fonds de neige durcie, selon le flot de circulation. La route 117 est dégagée complètement.

Par ailleurs, le ministère cherche à diminuer son empreinte environnementale en utilisant plus d'abrasif que de sel tout en assurant la sécurité du public.

Plus de 80 tronçons potentiels sont à l'étude sur cinq ans.

Audrey Folliot, Bell Média. 400 tonnes de sel sont déjà dans l'entrepôt de Rouyn-Noranda.

L'ensemble des opérations d'entretien hivernal de la région coute environ 20 M$.

Rappelons qu'il est possible de s’informer des conditions routières en utilisant les différentes plateformes du Québec 511.

L'hiver au MTQ en Abitibi-Témiscamingue en chiffres (moyennes sur 5 ans)

- Plus de 3 000 kilomètres de routes à entretenir
- 90 camions de déneigement
- dépenses de 20 millions de dollars 
- utilisation de plus de 40 000 tonnes de sel, soit l'équivalent de 3 terrains de football recouverts d'un mètre de sel
- utilisation de plus de 90 000 tonnes d'abrasif, soit l'équivalent de 9 terrains et demi de football recouverts d'un mètre d'abrasif