Accouchement devant l'urgence à Ville-Marie: le CISSS apportera des correctifs

Il y a quatre mois, une femme a dû accoucher devant les portes barrées de l'hôpital de Ville-Marie en pleine nuit, et une telle situation ne devrait jamais se reproduire.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue assure que des correctifs seront apportés.

L'adjointe au président-directeur général et chef de service des communications internes, Krystina Sawyer, explique que les portes étaient barrées pour la sécurité du personnel et des patients.

« Ça fait plusieurs années, quand c'était l'ex-CSSS du Lac-Témiscamingue, des actions de violence avec été posées et l'établissement avait pris la décision de barrer les portes et d'installer une sonnette, tout en ayant une infirmière à la salle d'urgence pour ouvrir les portes lorsque nécessaire, pour la nuit. »

Jusqu'à l'accouchement imprévu, il n'y avait jamais eu de problèmes liés à cela.

Des mesures étudiées

Maintenant, des ajustements s'imposent, et Kristyna Sawyer présente quelques mesures mises en place ou à l'étude.

« La sonnette a le même son que celle sur une unité où un patient sonne pour avoir l'assistance de l'infirmière. Alors, on va changer le son de la sonnette. Également, on a pris la décision d'ouvrir les portes, mais d'avoir des boutons paniques par exemple, ou des mesures en place nécessaires pour assurer la sécurité. »

Quand un patient vit un événement du genre, il peut faire le signaler au commissaire aux plaintes et à la qualité des services.

Mise en lumière par un reportage de Radio-Canada, la situation vécue par cette famille a été décriée de toutes parts, autant par les élus locaux que par les associations de travailleurs de la santé.