Bientôt des empreintes digitales partout dans les prisons

Des changements sont à prévoir au centre de détention d'Amos et dans les palais de justice de la région d'ici 2020.

Tous ces endroits seront équipés du nouveau système d'identification des détenus.

L'identité de chaque prisonnier sera vérifiée à l'aide de ses empreintes digitales, en plus des autres méthodes déjà en place.

Un projet-pilote est déjà en branle depuis avril à Québec.

Ce sera ensuite déployé partout, explique Alexandra Paré, porte-parole au ministère de la Sécurité publique.

« Il y a une première phase d'implantation qui va être complétée d'ici la fin de l'année 2017. Ça comprend les établissements de détention de St-Jérôme, Montréal, Rivière-des-Prairies, et dans les palais de justice de Montréal et de St-Jérôme. Enfin, il y aura une deuxième phase qui sera réalisée d'ici la fin de l'année 2020, c'est pour compléter l'implantation à l'ensemble du réseau. »

Le but est d'éviter les risques de libération par erreur, comme ce fût le cas avec Francis Boucher, le fils de Mom, en 2015.

Le développement de la plateforme et la première phase du projet ont coûté 175 000 $.