Bientôt des poules pondeuses à Ville-Marie

D'ici deux semaines, les Ville-Mariens pourront élever des poules pondeuses dans leur cour.

Le conseil municipal travaille depuis un an à abolir un règlement qui interdit les animaux de ferme sur les terrains de moins de deux acres en milieu urbain.

Chaque résidence aura droit à cinq poules.

Le maire, Bernard Flébus, s'est inspiré du projet-pilote de la ville de Gatineau.

Toutefois, ici, ce sera pour de bon. Le maire souhaite lui-même se procurer trois volailles, mais assure que ce n'est pas son caprice.

« Il y a déjà quelques années, nous, on avait parti un jardin communautaire et année après année, on a de plus en plus de gens qui viennent louer une parcelle et il y a des gens qui nous disaient que ce serait vraiment bien si on pouvait avoir des poules au village. »

Les poules ne pourront pas courir partout

Évidemment, il y aura des balises et des critères à respecter, ajoute le maire.

« Il y a plusieurs critères pour installer le poulailler, on ne peut pas le mettre proche de la galerie du voisin, des choses comme ça. Il y a toute la notion de bien-être animal aussi qui entre en compte. Si on voit que ça déborde, par exemple, on modifiera. »

Rouyn-Noranda a modifié son règlement en 2016 pour autoriser les fermettes en milieu rural et sur les terrains riverains, mais c'est toujours interdit en milieu urbain.

À Granby, en Montérégie, c'est autorisé depuis peu suite à un projet pilote de deux ans.